Couple, faut-il tout attendre de son conjoint ?


Quand survient la séparation, on entend souvent : je ne trouvais plus mon bonheur dans mon couple, tu ne m'apportais pas ce que je recherchais, j'avais besoin de retrouver ma liberté, de me retrouver moi-même...

Ces remarques montrent que l'attente à l'égard du couple et plus particulièrement à l'égard du conjoint est très importante : en faisant couple, on aspire à être comblé, dynamisé, enthousiasmé, guéri...

Or, est-il juste d'attendre de son couple qu'il soit un centre de bien-être ? Un lieu où l'on est en droit d'attendre un certain service et que l'on quitte lorsque le service n'est plus à la hauteur ?

Il me semble que bâtir son couple sur une telle attente est un leurre et conduit à la déception et à la désillusion. Beaucoup de conflits virulents après la séparation conjugale trouvent leur origine dans cette croyance de départ, avec l'idée que n'ayant pas fait ce que j'attendais de lui, l'ex-conjoint va devoir payer au sens symbolique, souvent à travers les enfants, comme au sens propre, autour des biens ou de l'argent.

Il est vrai que l'on trouve dans le coeur de l'homme et de la femme le désir profond d'un bonheur parfait. Nous passons une grande partie de notre vie à mettre en oeuvre des projets qui visent à remplir cet immense besoin d'être aimé, reconnu.

Et lorsque l'on se met en couple, un nouvel horizon s'ouvre. On y croit à cette histoire, on en est certain, car ce que l'on ressent est chargé d'une promesse d'accomplissement.

Pourtant, les sentiments nous font parfois oublier que le conjoint restera irrémédiablement un autre que moi-même, une personne ni plus ni moins que moi, imparfaite, blessée, avec ses limites.

Comment imaginer que mon besoin d'amour sera complètement comblé par la présence, l'attention de l'autre, qui sera tout pour moi ? Le conjoint est-il au service de l'épanouissement de mon moi ?

Former un couple, n'est-ce pas plutôt une aventure à deux, où l'on cherche à construire ensemble un bonheur, dans lequel chacun va apporter sa pierre à la construction de l'édifice, permettant que celui-ci soit solide et durable ?

Etre en couple, n'est-ce pas vivre une rencontre entre deux êtres différents, qui ne cesseront de se découvrir tout au long de leur parcours de vie ? Qui, en se frottant l'un à l'autre, deviendront meilleurs pour eux, pour les autres ?

Durer en couple, n'est-ce pas admettre que cet édifice ne sera jamais totalement parfait, que certaines pierres seront mal ajustées, un peu vacillantes, tout simplement parce que nous ne sommes que des êtres humains ?

Grandir en couple, n'est-ce pas, lorsqu'on s'éloigne, mettre en oeuvre les moyens de se retrouver et de se pardonner ?

Karine Mauguin

Médiatrice familiale diplômée d'Etat

https://www.familia-pacis.com/